Articles de la Catégorie

Arts

Arts, Mode, Musique, Vidéos

_SCREAM_ PAR ARTHUR MAYADOUX

juin 2019
Voyeur Fanzine Edito Numero 0

Eh ouais, on fait un fanzine ! Un vrai de vrai. Parce qu’on peut faire des trucs bien -vous savez- même quand c’est pas pour bouffer. On le fait comme un poster dans StarClub : un objet qu’on a envie de garder, d’afficher, de collectionner. Et puis derrière il y a des articles faits par d’autres, des copains qui savent écrire et puis qu’on a envie de lire plus en ce moment. Et comme il n’y a pas assez de place pour le contenu alors on fait un digital pour qu’il y en ait encore plus à lire, découvrir, partager. Et parce qu’on a envie de vidéos exclusives qui ne peuvent pas s’imprimer… Pour chaque numéro, on fait un thème ! Alors pour le numéro zéro, VOYEUR est voyeur parce qu’il mate, regarde, observe, stalk, surveille, guette, liste, note, se dessine sans se prendre au jeu du marché mais sans refuser le game. Parce que c’est encore ça la position de journaliste et de rédacteur : avoir la liberté de regarder, d’aimer, d’analyser et de partager un regard avec son lecteur. Alors, Sidney, quel est ton fanzine préféré ?

Arthur Mayadoux

Arts

_Merry Alpern, l’art du voyeurisme_ par Claire Beghin

juin 2019

New York, 1993. La ville s’apprête à vivre une transformation sans précédent, menée d’une main de fer par Rudy Giuliani et sa théorie des vitres brisées. L’ère du trafic de drogue et de la corruption, des peep shows de Times Square et du crime organisé touche à sa fin. Ce New York emblématique des films noirs, celui de Lou Reed, des Ramones et du CBGB, Merry Alpern le connait bien. La photographe, diplômée de sociologie, a pris l’habitude de figer sur pellicule les populations marginales de la ville En voir plus

Arts

_Voyons voir !_ par Cyril Chatov

juin 2019
Bannière dessin par Pauline Charriere pour Voyeur fanzine

On effleure son clavier ; le voyant clignote et le net vous enveloppe dans une liste bien pâle de romans voyeuristes, choisis parmi les plus médiocres et sans aucune référence aux classiques – lesquels, pourtant, n’ont jamais su résister aux attraits des pulsions scopiques. Par-delà les facéties de gare qui épuisent les clichés, comme les pièces montées d’un Le Guillou posant en capitaine de vaisseau fasciné par les ébats de son équipage (La Rumeur du soleil) ou l’interminable série Nosokiana de Wakoh Honna, il y a, dans la littérature classique, bien des scènes méconnues dont les auteurs installent le voyeurisme dans des problématiques bien plus stimulantes. En voir plus