Arts, Mode, Musique, Vidéos

_All is full of love_ par Arthur Mayadoux

novembre 2019

Alors quoi ? Finalement, il ne va pas nous pousser des antennes sur la tête ? On aura même pas le temps de devenir des êtres hybrides ? La Terre va se disloquer et le monde s’effondrer parce que je trie mal mes déchets et que je prends des douches de vingt-cinq minutes ? Pourtant il y a dix ans on se parlait de l’arrivée d’un humain transhumain qui ne mourait jamais. Et maintenant on flippe tous cramponnés à nos smartphones. Entre le yoga, l’achat de recharge vanille pour la vapoteuse et deux jus détox, on se dit que, nous les humains, franchement on a bien merdé à tous en vouloir toujours plus. Alors on se fait sa petite révolution, on y va : on achète une hybride, une gourde, des cosmétiques bio, du vin naturel, des topinambours équitables, on brûle du méga-octet pour savoir comment consommer mieux, on fait deux/trois/trente injections d’acide hyaluronique, on éteint son téléphone la nuit, on tente de ralentir le rythme en partant en week-end à la ville depuis qu’on vit à la campagne dans son exploitation en permaculture-pépinière de talents-recyclerie à rêves, on cherche des alternatives, on y croit, on s’accroche… parce qu’au fond c’est ça l’être humain : c’est tout foutre en l’air, flipper, chercher des nouvelles solutions et s’adapter. Alors pour ce numéro post humain, on se la joue Human nature plus que jamais ; on mate comment tout ça mute et surtout on garde le chagrin pour après parce que si ça collapse il va nous en falloir du cinquième élément.

Arthur Mayadoux

Plus à voir