Arts

_Mauvaises fréquentations_ par Anne-Cécile Lemée

juin 2019

Tu te penses seul à me guetter, protégé du regard des autres derrière cette fenêtre. Sans te voir, je sais pourtant tout de ce que tu cherches, ce que tu aimes. Et ces instants que tu crois voler, c’est moi qui te les donne. Chaque jour je façonne à tes regards des moments d’ordinaire qui t’offriront, peut-être, le frisson que tu espères. Dans ce monde où l’image règne, ta réalité est la victime de ma mise en scène. C’est fascinant, tu sais, de créer ces bribes de vie auxquelles tu t’accroches. Te donner toujours plus d’images de moi, quand tu ne sauras jamais rien de qui je suis. Parce que c’est cette surface, au fond, que tu cherches. Tu te plais à ouvrir ces fenêtres de mon intimité pour y projeter les rêveries desquelles le dehors t’arrache. Et moi, je me prends à aimer te donner ces fausses parts de réel. Ta contemplation devient ma raison d’exister. Ton obsession est la mienne. Obnubilée par tes regards, je m’abandonne au jeu de l’image et sacrifie ma personne à tes désirs. Tous mes gestes se languissent de ta validation. Prise à mon propre piège, je m’enlève à moi-même et me rends à ta soif de me faire ton icône. Finalement, tu sais, nous avons tous deux cédé notre quotidien à notre fantasme. Parcours-moi une dernière fois, effleure tendrement mon profil et romps avec l’interface. La lumière est douce, dehors.

Anne-Cécile

Plus à voir